A ceux qui surfent sur la vague de la nouvelle dimension

Publié le 29 Juillet 2016

Extrait du livre...... AUX PORTES D'UNE NOUVELLE DIMENSION

Partie I. LE ROMAN

1.Le Trek

Le ciel obscurci par les nuages et le froid pénétrant du petit matin dressaient un tableau peu encourageant pour la suite des événements. Mais il en fallait plus à la jeune exploratrice pour renoncer et retourner suivre le cours normal de sa vie si rangée, si tranquille.

Après cinq années de réflexions et finalement de mise en place du projet, Lynn avait fini par abandonner sa vie d’artiste peintre parisienne pour une année. Dans sa quête de spiritualité la jeune femme avait été attirée par un pèlerinage annuel sur l'une des îles du lac Namtso, au Tibet.

Son intuition la poussait à vivre seule durant une longue période dans un endroit hautement spirituel et chargé en énergies. Ce lac céleste situé à 4 718 m est le plus haut lac d’eau salée au monde. Cinq jours plus tôt, Lynn avait atterri à Gonggar, l’aéroport le plus proche de Lhassa, la capitale du Tibet. Elle avait commencé son périple par une visite touristique de cette ville qui figure parmi les plus élevées au monde. Le palais de Potola avec ses deux parties blanches et rouges avait impressionné grandement la jeune femme. Mais elle n’avait rien ressenti de particulier dans cette ville trop urbanisée à son goût.

C’est dans l’agence de Trek qu’elle avait passé le plus clair de son temps à peaufiner son voyage initiatique. Les responsables du site n’avaient pas vu d’un bon œil cette aventure exceptionnelle pour une jeune française. Mais rien ne l’interdisait d’accomplir ce rêve. Elle avait obtenu le programme qui commençait par un voyage itinérant jusqu’au Lac Namtso. Pour les deux premières nuitées des monastères avaient été retenus.

Le premier fut celui de Sera, l'une des trois plus grandes universités monastiques. La roue de l’existence karmique attira vivement l’attention de Lynn. Le principe de la réincarnation ainsi représenté l’avait fortement inspirée.

Le centre représente les états d’endormissement d'une humanité soumise à l’égo car perturbée par les sentiments de colère, de peur et de haine. Puis viennent les étapes successives où l’humanité peut évoluer avec des possibilités de réveil spirituel. A l’extérieur de la roue se trouvent les états de conscience possibles. L’humanité est en avant-dernière position, avant l’état de dieu ou demi-dieu.

La jeune femme avait fait le lien avec les ères astrologiques. Il lui était apparu clairement que l’âme devait subir plusieurs incarnations avant de pouvoir s’éveiller à sa pleine conscience. Dans le calendrier des ères astrologiques, l’ère du Poisson correspond à la période propice au réveil complet de la conscience et à la possession des pouvoirs. Il faut environ 25 800 ans pour traverser les 12 constellations du zodiaque. C’est le temps nécessaire afin d'expérimenter les différents états de l’incarnation. L'individu doit subir des périodes de profond endormissement dans la matière où l’étincelle n’est pas créatrice, mais observatrice. Et plus l’incarnation s’approche de la fin du cycle astrologique, plus l’étincelle brille et irradie l’égo qui s’estompe au profit de l’âme. L’individu devient capable de recevoir des informations des dimensions supérieures. Les hautes vibrations peuvent être à nouveau perçues. Le corps s’adapte à cette possibilité. Les antennes s’affinent.

Les médiums doivent appartenir à cette catégorie d’âmes. Il ne s’agit pas de supériorité mais d’antériorité, ces âmes sont anciennes. Elles font partie des premières à avoir incarné la matière au sein de cette dimension sur la planète Terre. Ce qui rassura la jeune femme sur la roue karmique est qu’il existe plusieurs ponts possibles vers l’éveil quel que soit l’état d’endormissement de l’âme.

En somme le libre arbitre existe et ne ferme pas l’âme dans une prison hermétique où l’être ne peut que subir et attendre. C’est même tout l’inverse, l’être doit apprendre à devenir acteur de sa propre vie, de sa propre évolution. Le Bouddhisme croit en la réincarnation d’une conscience marquée par la personnalité précédente. Il ne croit pas en la transmigration de l’âme, c’est-à-dire le passage de l’âme avec ses mémoires d’un corps à un autre. Nous n’emportons que les cicatrices de nos vies antérieures, des plus douloureuses au plus merveilleuses. Si nous devions construire un égo à partir des égos du passé nous serions moins libres. Cela sonnait juste pour Lynn. Elle savait parfaitement, du fait de ses expériences ésotériques, qu’elle possédait des bribes de mémoires de ses vies passées. Elle ressentait leur véracité et c’est avec les dossiers Akashiques qu’elle était parvenue à découvrir les morceaux manquants de ses vies. Cependant elle n’était pas certaine qu’ils correspondaient tous à ce qu’elle avait vécu ou bien s’il s’agissait d’une mémoire collective.

C’est pour cela qu’elle avait entrepris ce pèlerinage au sein du pays de la roue karmique.

2. Expériences mystiques

Cela faisait maintenant deux heures que Lynn était installée à bord du bus qui devait la conduire au lac céleste. La route était quelque peu chaotique. Encore une demi-heure et se dévoilerait le lieu mythique.

Un paysage grandiose s’offrait aux passagers du bus. Les lignes anguleuses de cette montagne jeune donnaient une impression de force sauvage. La végétation encore bien présente quelques heures plus tôt avait fait place à un plateau herbeux. Au pied de la montagne, Lynn commença à découvrir le lac tant attendu. Le Tibet ne laissait jamais indifférent. Ces grands espaces, riches d’une force inexpliquée, fascinent toujours autant. Le bus arriva enfin. L’ensemble des passagers descendit, chargé de balluchons ou de sacs à dos.

Lynn avait prévu bien peu d’affaires pour tenir une année entière au cœur de la petite île qui devait bientôt l’accueillir. Mais elle s’était promis de dépasser les lois d’attraction du matérialisme qui polluait sa spiritualité. Elle cherchait ici à renouer avec son être intérieur, sans les artefacts du monde contemporain. Le froid se faisait ressentir en ce mois de février. La jeune femme enfila sa veste molletonnée et d’un regard situa le groupe de pèlerins déjà en marche pour l’île du lac céleste.

Rapidement elle rejoignit ce petit groupe de dix individus masculins. Ils ne prêtèrent guère attention à la jeune femme. Tout se passa comme si le pèlerinage avait déjà commencé. Aucun échange ne se fit tout le long du sentier enneigé qui les conduisait sur l'une des rives du lac. Là-bas tout au loin on apercevait déjà la petite île. Lynn sentit son cœur battre la chamade quand elle découvrit le passage délicat qui l’attendait. La neige recouvrait le lac gelé mais par endroit des zones sombres et humides laissaient présager un début de fonte guère encourageant. Les hommes marchaient d’un bon pas, même si leurs pieds n’étaient protégés que par de minces sandales. Quant à Lynn qui n’avait pas sacrifié le confort de ses pieds, ses boots lui semblaient bien lourdes en cette journée fatigante. Malgré ses peurs le petit groupe franchit sans problème le passage. Ils n’échangèrent aucun regard quand ils prirent chacun une direction différente.

Lynn resta pantoise, quelque peu désemparée par la situation. Ils allaient vivre en ermite durant une année et ils n’exprimaient aucune angoisse, peur ou sympathie pour leurs confrères. Elle distingua la petite maison que l’association Trek à Lhassa lui avait indiquée comme refuge. C’était paraît-il, le lieu le plus hospitalier de l’île. Il rebutait tout pèlerin soucieux de vivre une période difficile pour forcer la conscience à s’ouvrir plus efficacement, voire plus rapidement. Mais Lynn n’était pas partisane de souffrir pour découvrir son nirvana. Elle ouvrit la robuste porte et découvrit un habitat très modeste, mais qui à première vue devait être confortable et respecter les règles d’hygiène de base. Des toilettes sèches se trouvaient tout au fond de cette toute petite maison de onze mètres carrés. En fait, il n'y avait qu'une seule pièce à vivre occupée par une table usée et une vieille chaise qui ferait malgré tout son bonheur durant ces quelques mois. Au sol des lattes devraient lui servir de lit. Dans son équipement Lynn avait apporté tout le matériel nécessaire à un campeur de haute montagne. Il lui sembla que tout était parfait afin d'entamer ce jeûne du monde contemporain. Son alimentation qui pesait lourd dans son gros sac à dos de 60 litres n’était constituée que d’aliments lyophilisés. Elle était même équipée d’un filtre à eau qui lui permettrait de récupérer l’eau du lac.

Après avoir installé son matériel sommairement, Lynn ressortit de son campement. Elle se trouva face à un ciel gris qui virait au noir, un vent froid commençait à se lever. Il n’était que cinq heures de l’après-midi et déjà le soir semblait arriver. Un frisson parcourut la jeune femme. La solitude s’avérerait son plus grand ennemi dans un contexte comme celui-ci. Elle rentra dépitée en espérant que la journée suivante serait plus clémente. Après s’être rapidement rassasiée, elle s’installa dans son sac de couchage avec l'un des livres qu’elle avait apporté. Elle s’endormit profondément.

La lumière du jour la réveilla, les rayons du soleil n’étant filtrés qu’en partie par le minuscule petit volet. L’astre étincelant semblait au rendez-vous : ce qui la ragaillardit. Elle s’extirpa de son lit pour s’habiller rapidement, le poêle mis en route la veille s’était éteint. Quand elle sortit, elle fut éblouie par la lumière d’un soleil rayonnant. Ses yeux s’habituèrent et découvrirent un lac recouvert par endroits d'une glace dont les scintillements l'aveuglaient. L’île était beaucoup plus accueillante sous ce soleil vibrant. Certes l’île était vraiment petite puisqu’elle découvrit à quelques pas seulement de sa maison le campement de fortune des autres pèlerins. Il s’agissait de simples tentes de tissu. Un feu de camp brûlait encore à proximité de l’entrée. Cependant elle ne décela aucune âme qui vive. Mais cela ne devait pas être un problème. Bien décidée à commencer son travail de méditation, elle chercha du regard un lieu qui pourrait correspondre à ses attentes. Cela ne tarda pas, en direction de l’est, à 50 m de la maison, elle aperçut un rocher. C’est là qu’elle s’installa malgré le froid pénétrant. Lynn laissa son esprit vagabonder en utilisant le moins possible son mental.

Les jours passèrent et ce travail de lâcher prise lui coûtait de moins en moins. Depuis ce premier mois d’entraînement, Lynn avait bien évolué. Son esprit cartésien la laissait de plus en plus en paix. Maintenant il ne lui fallait que quelques minutes pour que son esprit intuitif prenne le dessus. Ce jour- là, ce fut une belle rencontre spirituelle qui marqua sa journée. A la manière d’une connexion Akashique, elle se retrouva face à des êtres clairs, lumineux, voire étincelants. L’un d’eux lui tendit la main, sa peau était luisante, d’un bleu magnifique et il émanait de lui une sérénité, un amour intense. Elle déposa sa main dans le creux de celle de ce dernier. Ensemble ils se retrouvèrent dans les profondeurs d’une mer limpide. Tout en descendant dans les abîmes de cet océan, Lynn découvrit se profiler un paysage étrange. Plusieurs êtres comme celui qui lui tenait encore la main vinrent à leur rencontre. La joie remplissait cet espace et la jeune femme ressentait également cet instant de bonheur. Elle avait le sentiment d’être rentrée chez elle. Mais en plein rêve éveillé elle fut projetée hors de ce moment de délice par la tape non amicale d’un pèlerin qui complètement affolé tentait de la faire revenir à elle. Quand elle ouvrit les yeux, un ciel noir chargé d’électricité l’accueillit. Le visage de l’homme était grimaçant et son regard chargé de colère. Elle ne comprit pas ce qui pouvait à ce point avoir provoqué cet état de nervosité chez cet homme. Il lui montra d’un geste rageur le ciel, souffla de dédain et repartit avec des gestes saccadés. En le suivant du regard elle découvrit l’agitation des autres pèlerins. Ils semblaient devenus comme fous... ....

...... PARTIE ESSAI

~~Depuis 2010, les scientifiques sondent le ciel à la recherche de la particule de Dieu. Avec la mise en évidence du Boson de Higgs, nous avons franchi un pas en avant spectaculaire. Enfin la physique met au grand jour l'existence de particules qui viennent chambouler toute la physique mécanique. Avec la physique quantique la notion de dimension s’élargit. Là où la physique newtonienne nous laissait envisager un monde en 4 dimensions, nous découvrons une autre réalité ; la partie émergée de l'iceberg cache des dimensions jusqu’alors inconcevables. Un monde nouveau s'offre à nous dès lors que nous commençons à le reconnaître. Actuellement la théorie des cordes, en physique quantique, fait envisager un Univers constitué d'au moins 11 dimensions. Et de nouvelles particules viennent expliquer les phénomènes paranormaux tels que la télépathie et la téléportation. Ces particules contiendraient l'information originelle qualifiée de divine. Elles iraient plus vite que la lumière et transporteraient des informations. L'Univers serait comparable à un grand champ, inondé de ces éléments fondamentaux. En fait nous pouvons aller encore plus loin dans l'extrapolation de cette conception grâce à la cartographie de la matière noire ; des zones de condensation de matière, à l'origine de systèmes solaires, apparaissent sous nos yeux tel un système nerveux. L’auteur Sheldrake est l’un des premiers à effectuer cette comparaison. Difficile de ne pas être subjugué par cette comparaison. Effectivement la matière lumineuse qui nous compose se concentre à la manière d'un réseau. Tout semble connecté. Entre ces zones se trouve la matière sombre. Tout ce passe comme si la majeure partie de la matière était invisible et pourtant bien existante. Donc très rapidement nous arrivons à la conclusion que la matière lumineuse est contrôlée et agencée par la matière sombre. De là à conclure que le monde visible est un hologramme projeté par la matière sombre, il n'y a qu'un pas. Après tout, si l'Univers est constitué de ces deux matières, l'une prédominante sur l'autre, la plus importante doit avoir un rôle majeur. Or, celle qui est majoritaire est la matière noire. Donc ce qui nous est invisible, impalpable doit être l’élément moteur de notre monde…. Mais sommes-nous vraiment incapable de palper cette matière noire ? Nous provenons de cet Univers tout comme elle. Tout est imbriqué ou relié, nous devrions être capables de percevoir ce monde invisible.

Or le monde rationnel, créé par nos soins, fonctionne principalement avec la moitié gauche de notre cerveau, c’est-à-dire la fonction analytique. Nous croyons être suffisamment évolués pour nous priver de notre partie innée ; dans un monde de technologie où notre survie n'est plus menacée à quoi sert l’intuition ? Cependant, nous sommes également des êtres intuitifs. De nombreuses personnes ont la partie droite du cerveau très active, mais elles sont nettement moins importantes que le groupe des cerveaux gauches actifs. Elles ne peuvent pas succomber au formatage de la société et ne sont pas coupées de leurs dons ancestraux. Au premier abord, nos ancêtres éloignés sont considérés comme archaïques. Cependant, cette humanité était naturellement capable de Voir le monde invisible. Actuellement, Les médiums, les guérisseurs, les chamans sont assez mal vu dans les sociétés occidentales ; ils sont marginalisés voir stigmatisés et pourtant ils sont nos portes ouvertes sur ces autres dimensions.

L’humanité a besoin des sciences pour accepter l’impensable.

C’est-à-dire, ce que les yeux ne perçoivent pas car seul le 3ème œil en a la capacité. Mais reconnaître l’existence de cette structure, revient pour certains à admettre l’hérésie, voire la sorcellerie. Alors la notoriété des sciences servira à ouvrir la conscience de l’humanité. Réconcilier théologie et sciences, voici le challenge ! Cela surprendra, repoussera certains parmi vous et pourtant…. Les sciences peuvent nous aider à retrouver la connexion entière avec notre cerveau et cette porte sur les autres dimensions.

Quel peut être l’avantage de permettre la réalisation de cette connexion ? Comprendre notre monde, ses rouages invisibles et l’aider !

Nous sommes aux portes d’un nouveau monde, d’une nouvelle dimension, à nous de la construire….

...

....

Le livre est disponible sur le site jepubliemonlivre.chapitre.com et sur amazon

Rédigé par sagessequantique

Repost 0
Commenter cet article